Recettes traditionnelles

Lisez les citations les plus drôles de Joan Rivers sur la nourriture

Lisez les citations les plus drôles de Joan Rivers sur la nourriture


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Joan Rivers décède à 81 ans et laisse derrière elle un héritage de blagues amusantes, dont certaines des meilleures concernent la nourriture

Citations sur la nourriture de Joan

En l'honneur de feu Joan Rivers, nous avons rassemblé une collection de certaines de ses blagues les plus amusantes et les plus drôles sur la nourriture. Nous espérons que vous trouverez du réconfort dans ces incroyables zingers :

  1. « Nous pleurons tous à notre manière. Je pleure avec un bon steak.
  2. « Ma vie amoureuse est comme un morceau de fromage suisse ; la plupart manquent et ce qu'il y a pue.
  3. "Est-elle grosse? … Sa nourriture préférée est la seconde."
  4. "Je l'emmène chez McDonald's juste pour le regarder manger et voir les chiffres changer."
  5. Peter Marshall : "Time Life Books l'appelle le bloc de matière le plus complexe connu de l'homme. Qu'est-ce que c'est?"

    Joan Rivers : « Mes œufs Bénédicte !

  6. "Mon dernier repas parfait serait: cocktail de crevettes, lasagne, steak, épinards à la crème, salade avec vinaigrette au fromage bleu, rondelles d'oignon, pain à l'ail et un dessert de shortcake aux fraises."
  7. « Je ne suis pas cuisinier. Quand je veux du citron sur du poulet, je le vaporise avec Pledge.

170 citations drôles des personnes les plus drôles du monde :)

Voici 170 des meilleures citations drôles que j'ai pu trouver. Le but? Pour vous détendre, rire et passer un bon moment. Prendre plaisir!

J'ai l'intention de vivre pour toujours. Jusqu'ici tout va bien. Steven Wright Cliquez pour tweeter

Demain est souvent le jour le plus chargé de la semaine. Proverbe espagnol Cliquez pour tweeter

Quand j'étais enfant, mes parents ont beaucoup déménagé, mais je les ai toujours trouvés. Rodney Dangerfield Cliquez pour tweeter

Le riz est excellent quand vous avez faim et que vous voulez 2000 de quelque chose. Mitch Hedberg Cliquez pour tweeter

La vie est courte. Souris tant que tu as encore des dents. Inconnu Cliquez pour tweeter


J'ai remixé un remix, c'était revenu à la normale. Mitch Hedberg Cliquez pour tweeter

La meilleure façon d'informer vos enfants sur les impôts est de manger 30 pour cent de leur crème glacée. Bill Murray Cliquez pour tweeter

J'écris un livre. J'ai fait les numéros de page. Steven Wright Cliquez pour tweeter

Beaucoup de gens ont peur des hauteurs. Pas moi, j'ai peur des largeurs. Steven Wright Cliquez pour tweeter

J'ai toujours voulu être quelqu'un, mais je vois maintenant que j'aurais dû être plus précis. Lily Tomlin Cliquez pour tweeter


Ne soyez pas si humble, vous n'êtes pas si grand que ça. Golda Meir Cliquez pour tweeter

Ce suspens est terrible. J'espère que ça va durer. Oscar Wilde Cliquez pour tweeter

La connaissance est comme les sous-vêtements. Il est utile de l'avoir, mais pas nécessaire de le montrer. Bill Murray Cliquez pour tweeter

Allez au paradis pour le climat, en enfer pour l'entreprise. Mark Twain Cliquez pour tweeter

J'ai écrit quelques livres pour enfants, pas exprès. Steven Wright Cliquez pour tweeter

Quelques réflexions rapides sur le plaisir et le rire…

N'est-ce pas génial quand on rigole vraiment bien ?

N'avez-vous pas l'impression que le temps s'arrête et que vous êtes à 100% dans l'instant, en train de l'apprécier ?

Avec le sérieux et l'agitation de la vie moderne, il est trop facile d'oublier l'importance et les avantages de se détendre, de se détendre et de s'amuser avec des amis.

La plupart d'entre nous, moi y compris, vivons toujours la prochaine chose, la prochaine chose, sans s'arrêter.

Je vous invite à vous ARRÊTER, à faire une pause et à profiter d'une vidéo ou d'une émission amusante de l'un de vos comédiens préférés.


Ce que j'ai appris : Joan Rivers

Ne vous attendez pas à des louanges sans envie - jusqu'à ce que vous soyez mort.

La comédie est un jeu d'homme blanc en colère. Même si vous êtes Chris Rock ou Joan Rivers, vous êtes vraiment un homme blanc en colère.

Dieu ne se soucie pas que j'aie un sandwich à Yom Kippour. Il se soucie que j'aie aidé un aveugle à traverser la rue.

La vérité est ce qui me manque chez un compagnon. Quelqu'un avec qui tu peux monter dans la voiture après la fête et dire : "Cette putain de con, tu as entendu ce qu'elle a dit ?"

Mon deuxième mari s'est suicidé et j'ai fait des blagues sur le suicide. Vous riez pour vous en sortir. J'ai commencé à penser à des blagues alors que je marchais dans les quartiers chics le 11 septembre.

L'admiration doit vous tenir à distance.

J'adore Sacha Cohen. J'ai été l'un des premiers à dire : "Tu dois le voir" quand il a commencé sur HBO. J'ai demandé à tout le monde : "Comment est-il ? Comment est-il ?" Mais je ne veux pas le rencontrer et découvrir qu'il est une merde comme Will Ferrell. Et vous pouvez certainement mettre cela dedans. C'est décevant de rencontrer quelqu'un dont l'ego est plus grand que son talent.

Les hommes ont fière allure quand ils sont un peu utilisés. Ils l'ont fait et ils le savent. C'est William Holden pour moi. Robert Mitchum. George Clooney a ce look. Ce regard merveilleux et merveilleux vécu.

Les hommes, vous savez de quoi il s'agit. Il s'agit de continuer une course. Tu dois avoir l'air bien pour qu'il te baise, pour que la prochaine génération puisse venir. Et une fois que vous avez engendré, vous pouvez mourir.

Écoute, si Cléopâtre n'avait pas eu un grand maquilleur, elle serait entrée dans l'histoire comme un cochon.

Avez-vous vu les Golden Globes ? Ugly Betty remporte un Golden Globe. Quel que soit son nom. La femme qui joue Ugly Betty. Et elle se lève et dit : C'est pour toutes les femmes laides du monde entier. Parce que ce n'est pas une question de beauté. Il s'agit de la beauté intérieure. Et la caméra montre le public, et il y a toutes ces femmes botoxées à mort -- extensions de cheveux, faux seins -- et elles acquiescent toutes : « C'est vrai, c'est vrai.

Ils disent toujours à quel point je suis méchant. Mais laissez-moi vous dire que les plus intelligents comprennent. Quand j'ai sorti les blagues sur Cher, elle a dit : "Pourquoi ne suis-je plus dans votre rôle ?"

Olivier m'a dit un jour : « Je sors sur scène, j'écarte les bras et je me dis : C'est mon cercle. Personne ne peut y entrer sans ma permission. C'est génial ? Seulement maintenant, à ce stade de ma vie, je marche sur une scène et je dis : "C'est mon espace. Et si tu ne l'aimes pas, va te faire foutre." Il m'a fallu trente-cinq ans pour arriver à cet espace.

Je suis dans une entreprise où il n'est pas question de race. C'est une question de talent. Et un travail acharné. Période. Vous l'avez, vous le faites. Vous ne l'avez pas, vous n'y arrivez pas. Plus et dehors.

La fourrure est là pour me garder au chaud. Écoutez, je suis une grande militante pour les animaux -- deux de mes trois chiens sont sauvés. Et je ne porte que du roadkill. Mais je veux dire, allez, je ne peux pas être un hypocrite. Je porte des chaussures en cuir et je mange des sandwichs au poulet.

Racontez une blague à un comédien et il ne rigolera pas. Il vous montrera du doigt et dira : « C'est drôle. »

Hommes d'affaires -- avec un capital B -- quand ils vont à une réunion, ils ne trouvent rien de drôle.

Oui c'est vrai. J'avais 37 millions de dettes. Je ne suis pas une femme d'affaires. Mon mari était un homme d'affaires. Je n'ai jamais eu à me soucier des affaires. Par la suite, un fils de pute m'a emmené en public et s'est enfui avec les fonds. Et tous ces horribles mangeurs de fond sont entrés et ont acheté mon nom et mon image.

Qu'est-ce que ça te fait ? Quand vous êtes endetté pour le reste de votre vie ? Quand tu ne peux pas travailler ? Quand vous êtes assis là à cinquante-huit ans, et qu'ils vous disent que vous ne pouvez pas utiliser votre nom ou votre image ? Vous ne pouvez pas vendre un bijou, vous ne pouvez pas passer à la télévision ? Essayez celui-là pour la taille. C'est à ce moment-là que vous aimeriez être une gouine. Vous pouvez alors vous en occuper.

À un moment donné, nous étions en réunion avec les bottom-feeders, et j'avais ces belles boucles d'oreilles en or. Ils m'ont été offerts en cadeau par Vincent Price, qui était comme un père pour moi. Elles étaient très lourdes, et j'en ai enlevé une et j'ai dit : "Pourquoi tu ne prends pas mes putains de boucles d'oreilles !" Et je l'ai jeté sur l'un des hommes et ça lui a touché le visage et l'a coupé. Et mon avocat a dit : « Joan, pouvez-vous, s'il vous plaît, sortir ? » Quand je l'ai fait, il a dit : "Ça va coûter encore un million. La prochaine fois, ne porte pas de bijoux."

Le gars qui s'est enfui avec l'argent, au fait, la SEC l'a eu. Il est allé en prison. Quelques sodomies plus tard et il est sorti. Pendant ce temps, je paye toujours mon entreprise. Je le ferai jusqu'au jour de ma mort.

Beaucoup de bas. Beaucoup de hauts. Je suis toujours debout. Un peu d'ostéoporose, mais je suis toujours debout.

Mes derniers mots ? Ils pourraient être : « Mais c'était une blague. Posez l'arme ! C'était une blague ! Arrgh !"


Sylvester Stallone contre Richard Gere

Sylvester Stallone et Richard Gere devaient jouer ensemble dans le film de 1974 "Les seigneurs de Flatbush" jusqu'à ce que les deux ne s'entendent pas sur le tournage du film. Le rôle de Gere sera plus tard refondu.

"Nous ne nous sommes jamais entendus", a déclaré Sylvester en 2006. "Il se pavanait dans sa veste de moto surdimensionnée comme s'il était le plus méchant chevalier de la table ronde."

Le drame deviendrait de plus en plus désordonné – littéralement. Les deux acteurs se sont apparemment aussi battus physiquement pour de la graisse de poulet renversée.

"Je mangeais un hot-dog et [Richard] monte avec un demi-poulet recouvert de moutarde dont la graisse s'égoutte presque de l'emballage en aluminium", a déclaré Sylvester dans la même interview. "J'ai dit: 'Cette chose va couler partout.' Il a dit : 'Ne t'en fais pas.' J'ai dit : 'Si ça tombe sur mon pantalon, tu vas le savoir.' Il se met à mordre dans le poulet et une petite rivière graisseuse de moutarde atterrit sur ma cuisse. Je lui ai donné un coup de coude sur le côté de la tête et je l'ai poussé hors de la voiture."


Avis de la communauté

Les réalisations de Joan Rivers dans la mode ont largement dépassé sa carrière de comédienne. Avant elle, la question du tapis rouge était « Que portez-vous » ? Apos si elle était même posée et la tenue que vous venez de décrire. Les stars s'habillaient à l'époque ou le studio le faisait. Puis Joan a demandé, &aposWHO portez-vous?&apos et cela a commencé une nouvelle carrière de stylistes.

Les stars ont toujours porté des robes de maisons de couture et les ont souvent payées. Après Joan, ils en ont envoyé tellement vers les stars, misant sur la publicité massive pour leurs marques des réalisations de Joan Rivers dans la mode l'emportait de loin sur sa carrière de comédienne. Avant elle, la question sur le tapis rouge était " Que portez-vous " si elle était même posée et que la tenue venait d'être décrite. Les stars s'habillaient à l'époque ou le studio le faisait. Alors Joan a demandé, 'QUI portes-tu ?' et cela a commencé une nouvelle carrière de stylistes.

Les stars ont toujours porté des robes de maisons de couture et les ont souvent payées. Après Joan, ils en ont envoyé tellement vers les stars, misant sur la publicité massive pour leurs marques de la couverture du tapis rouge, il fallait quelqu'un pour les trier et les accessoiriser puis les retourner après utilisation.

Cette industrie lancée par Joan est vaste, plusieurs milliards. Les stylistes ne sont pas seulement bien payés (et payés aussi par les maisons de couture), les publicistes ont quelque chose à écrire, les studios adorent la publicité et les tabloïds peuvent oublier le bon journalisme et se contenter d'imprimer des communiqués de presse. Les grands distributeurs de mode adaptent les vêtements aux gens ordinaires, ce qui signifie qu'une saison plus tard, beaucoup de moutons se promèneront dans des vêtements vraiment horribles comme l'ourlet haut-bas et la poitrine latérale et le genre de chaussures qui sont terriblement inconfortables et terriblement cher mais ont rouge semelles ! Cela fait que les moutons se sentent à la mode, nerveux, suffisants et que ce sont des gens vraiment cool qui ont ça. Vraiment.

C'est vivre le rêve américain. C'est l'uber-capitalisme. Joan a inventé une nouvelle industrie basée sur cette simple phrase, "qui portes-tu?" et un avec obsolescence intégrée nécessitant des dépenses continuelles pour suivre. Quel génie ! Pas étonnant qu'elle ait vécu dans un appartement à 18 millions de dollars, elle le méritait. Faut-il s'étonner qu'elle ait gagné Celebrity Apprentice ?

Joan comme comédienne? Encore un génie. Je ne parle pas de sa comédie stand-up ici, je ne l'ai jamais vue faire un spectacle et son humour bien qu'il ait une partie de la nervosité de Lenny Bruce, son inspiration, est trop américain pour que je puisse vraiment m'identifier. Je parle de Fashion Police. Après avoir construit cette industrie de ce que portent les stars, elle a ensuite développé un spectacle pour les ramener à la taille. Quel génie !

La personne qui dit qu'ils n'ont pas un peu de schadenfreude à leur sujet raconte de gros porcs. C'était amusant de voir ses segments, "starlette ou clochard" avec les photos avec les têtes hors du champ. C'était amusant de voir quelqu'un qui était ultra-stylé et qui avait l'air ridiculement gâché par les «juges». C'était amusant de voir les stars qui étaient allées trop loin avec le botox, les charges et les ajouts mammaires qui, par leur forme et leur taille, ressemblaient à des demi-canteloups être exposées comme des figures amusantes plutôt que comme des exemples de beauté cool.

Sans Joan, Kim Kardashian et son gros cul auraient été une histoire de sac de sleaze flash-in-the-pan. Sa famille incroyablement ennuyeuse serait restée les principaux acheteurs qu'ils sont. Kelly Osbourne serait une fille peu attrayante et sans talent d'une rock star essayant toujours désespérément de monétiser ses relations. La fille de Joan, Melissa, aurait fait quoi ? De toute façon, elle ne s'accrochait qu'aux pans de manteau de sa mère. Ces personnes et bien d'autres sans talent ont bénéficié de l'exposition (et des emplois) que Joan leur a donnés.

Donc pour Joan, pour l'auteur du livre 5*. Pour le livre lui-même, l'audio, pour entendre Joan, 5*, pour le contenu, eh bien n'allons pas là, cette critique est dédiée à la regrettée grande femme d'affaires, Joan Rivers. Patronne des vieilles dames qui ne vieilliront pas, et des gens qui ne se prennent pas trop au sérieux. Aime la.

Réécrit le 27 mars 2021 . Suite

Quand les gens vous disent d'y aller doucement avec la haine - et votre instinct est de garder la HAINE à un niveau élevé - mais vous savez que ça énerve les gens - eh bien, grâce à Joan, je me sens comme moi, un HATERRR autoproclamé. bien, appartenir! Enfin, la BIBLE tant attendue des HATERS. Lire ceci, l'un des livres les plus drôles de tous les temps, c'est comme lire la transcription de l'un des brillants spectacles de stand-up de Miss River - moins, bien sûr, le "quotit" juste. " après chaque punchline. Cette dame est PUTAIN d'intelligence, y&aposall. Son expérience Quand les gens vous disent d'y aller doucement avec la haine - et votre instinct est de garder la HAINE à un niveau élevé - mais vous savez que ça énerve les gens - eh bien, grâce à Joan, je me sens comme moi, un HATERRR autoproclamé . bien, appartenir! Enfin, la BIBLE tant attendue des HATERS. Lire ceci, l'un des livres les plus drôles de tous les temps, c'est comme lire la transcription de l'un des brillants spectacles de stand-up de Miss River - moins, bien sûr, le "c'est juste." après chaque punchline. Cette dame est PUTAIN d'intelligence, vous tous. Son expérience dans la vie glamour du show-biz ne fait qu'alimenter sa haine - c'est le genre de choses vers lesquelles je gravite naturellement inconditionnellement ! Je compare cela à tomber dans un terrier de lapin et à se faire chatouiller jusqu'à ce que votre nez saigne ! Chaque phrase ou deux contient une blague, et c'est ce type de hauteur qui maintient les rires constamment jusqu'à ce que l'inévitable gloussement intérieur soit produit.

Lisez ceci mes amis, et vivez une vie de haineux très heureux !

Revue à suivre à un moment donné :

J'aime j'aime j'aime je l'aime !

Que puis-je dire.
Un ego surgonflé, combiné à un sentiment d'importance personnelle et à un besoin urgent de survie, sont les crayons de couleur de ce livre.

Que puis-je dire.
Un ego surgonflé, combiné à un sentiment d'importance personnelle et à un besoin urgent de survie, sont les crayons de couleur de ce livre.

Elle avait raison sur une chose, la devise la plus importante que l'on puisse envisager, c'est de rire quand on ne s'y attend pas. C'est le seul moyen de sortir des jours de chagrin, de tragédie et de mauvais cheveux. C'était la clé de ses immenses fortunes et de son courage. C'était son mantra pour survivre. Si vous n'avez pas d'amie opiniâtre comme elle, trouvez-en une. Ils font une énorme différence dans notre bataille pour la survie.

Donc, si vous avez besoin de changer d'attitude et de destin, essayez une cuillerée de Joan. Cela va changer votre vie pour toujours.
. Suite

J'ai acheté ce livre en couverture rigide à sa sortie. J'aime tellement ce livre. que je garde ma copie dans mon véhicule. Si j'ai oublié d'apporter un livre ou si j'ai une longue attente quelque part pour une raison quelconque, ma fille ou moi prendrons ce livre et nous le lirons à haute voix et rirons et apostil nous en avons les larmes aux yeux. Nous n'utilisons même pas de signet !! Il suffit de le ramasser et de l'ouvrir sur n'importe quelle page au hasard et de commencer. Je vous suggère cependant de lire le livre une fois, avant d'utiliser notre un ou FABULEUX DRLE.

J'ai acheté ce livre en couverture rigide à sa sortie. J'aime tellement ce livre. que je garde ma copie dans mon véhicule. Si j'ai oublié d'apporter un livre ou si j'ai une longue attente quelque part pour une raison quelconque, ma fille ou moi-même prendrons ce livre et nous le lirons à haute voix et rirons jusqu'à ce que nous ayons les larmes aux yeux. Nous n'utilisons même pas de marque-page !! Il suffit de le ramasser et de l'ouvrir sur n'importe quelle page au hasard et de commencer. Je vous suggère cependant de lire le livre une fois, avant d'utiliser notre méthode peu orthodoxe.

S'IL VOUS PLAÎT - Ne lisez que les critiques de ce livre qui ont 5 étoiles et qui lui donnent vraiment la justice qu'il mérite. Je ne sais pas pourquoi j'ai oublié d'inclure ce favori outrageusement drôle avant maintenant.

Oh Joan, ma reine de la comédie. Tu me manques!! . Suite

Avis à ceux qui ont détesté ce livre parce qu'ils étaient offensés, ou qu'il était trop méchant.

Soit vous ne connaissez pas Joan Rivers, soit vous n'avez pas lu le titre du livre. Si vous vous attendiez à un mémoire, vous ne devez pas non plus avoir lu le début du livre où Joan déclare explicitement que ce n'est pas un mémoire, c'est un livre de comédie et se lit comme une longue routine debout. Ignorez cette balise Goodreads de l'autobiographie-mémoire, ce n'est PAS le cas !

Tout comme n'importe quel autre comédien, Joan a un personnage et une partie de ce personnage comique Avis à ceux qui ont détesté ce livre parce qu'ils étaient offensés, ou parce qu'il était trop méchant.

Soit vous ne connaissez pas Joan Rivers, soit vous n'avez pas lu le titre du livre. Si vous vous attendiez à un mémoire, vous ne devez pas non plus avoir lu le début du livre où Joan déclare explicitement que ce n'est pas un mémoire, c'est un livre de comédie et se lit comme une longue routine debout. Ignorez cette balise Goodreads de l'autobiographie-mémoire, ce n'est PAS !

Tout comme n'importe quel autre comédien, Joan a un personnage et une partie de ce personnage comique est la vulgarité. Rien n'est interdit et il s'agit souvent d'une seule ligne choquante, si ce n'est pas votre marque d'humour, ne lisez pas ce livre. C'est aussi simple que ça.

Si vous êtes plus intéressé par la "vraie" Joan Rivers, je vous suggère de regarder son documentaire, Une pièce de travail, c'est incroyable.

Les gens qui disent que ce livre est odieux et amer doivent être épais parce que c'est tout l'intérêt, c'est dans le titre fricken. Juste parce que TON offensé cela ne veut pas dire que la blague n'est pas drôle ou que ce livre est mauvais.

.

D'accord, cela m'amène à la fin de ma diatribe.

Ce livre est agréable si vous aimez la marque d'humour de Joan qui est tout au sujet du one-liner. J'admets que cela peut être un peu long si vous lisez ce livre du début à la fin, il y a une raison pour laquelle les spéciaux comiques ne dépassent jamais 90 minutes. De plus, je suis un fan, quelque part entre suiveur et passionné, et j'ai donc entendu un certain nombre de ces blagues ou d'autres qui sont similaires. De plus, je pense qu'une partie de la magie de la prestation de Joan est visuelle ou quelque peu conversationnelle et que vous n'obtenez pas le plein effet en lisant ou en écoutant, il y a juste quelque chose de plus que sa présence ajoute.

J'aurais aussi aimé qu'il y ait plus de brutalité des célébrités, j'adore quand Joan déchire Madonna ou Gwyneth Paltrow, cela se sentait atténué dans ce livre.

Pourtant, ce livre était très Joan, grossier, impétueux et amusant. Elle couvre à peu près tous les groupes, des mères aux scientologues et toutes les races, religions et tranches d'âge.

Certains des passages sur la mort et ce que devraient être ses funérailles ont pris un degré de gravité involontaire et quand elle a dit qu'elle espérait battre Jack Benny et Phyllis Diller en travaillant dans ses 100, j'ai peut-être déchiré. Je suis triste qu'elle soit partie et j'aurais aimé avoir un peu plus de respect.

Joan, tu vas nous manquer, ce Joan Ranger te salue !

J'adore cette femme putain. Elle est au sommet de son art dans ses 70 ans et revient avec plus de succès de plus de mauvaise merde personnelle et professionnelle que je ne peux comprendre. Et je veux dire vraiment au sommet de son art, elle connaît si bien son métier, elle-même et l'entreprise qu'elle est intouchable dans sa forme particulière de génie de la comédie. Un-putain-touchable, y&aposall. Vous l'essayez.

Plus fondamentalement, ce livre est une collection de one-liners sur la culture et les célébrités et les affaires qui évoluent léger et rapide et salut j'adore cette femme. Elle est au sommet de son art dans ses 70 ans et revient avec plus de succès de plus de mauvaise merde personnelle et professionnelle que je ne peux comprendre. Et je veux dire vraiment au sommet de son art, elle connaît si bien son métier, elle-même et l'entreprise qu'elle est intouchable dans sa forme particulière de génie de la comédie. Un-putain-touchable, vous tous. Vous l'essayez.

Plus fondamentalement, ce livre est une collection de one-liners sur la culture et les célébrités et les affaires qui bougent léger et rapide et frappent fort et avancent c'est une joie. J'aime particulièrement l'esprit de relever ce que je considère comme un défi comique - dans ce cas, prendre les cinquante états et leur inventer de nouveaux noms (le Missouri, l'état Show Me, devient le « I Showed You Mine Too and Maintenant, je suis en prison.) J'ai inventé cet exemple parce que je ne voulais pas prendre le temps de lire le vrai. Désolé, Jeanne. Vous nous avez encouragés avec au moins quelques "composez votre propre blague Snooki ici", alors je me contente de courir avec.

Donc, en bref, lisez ceci et riez et prenez une bouffée d'air frais. Je l'ai terminé il y a deux jours et je l'ai relu aujourd'hui.

Permettez-moi de commencer par dire que je n'ai jamais détesté Joan Rivers. En fait, à une époque, je l'aimais, l'aimais, l'aimais. Au début de ma carrière, à l'époque où elle pouvait parler, je l'ai interviewée pour un reportage et je garde toujours cet article à bords jaunes dans mon portfolio parce que j'ai tellement apprécié notre conversation.

Mais ces dernières années, je ne l'aimais plus qu'avant. Je l'ai vue en direct il y a quelques années et j'ai eu l'impression qu'elle avait perdu son avantage, se fiant trop au mot F pour faire passer ses blagues. Je suppose que lorsque vous obtenez t Permettez-moi de commencer par dire que je n'ai jamais détesté Joan Rivers. En fait, à une époque, je l'aimais, l'aimais, l'aimais. Au début de ma carrière, à l'époque où elle pouvait parler, je l'ai interviewée pour un reportage et je garde toujours cet article à bords jaunes dans mon portfolio parce que j'ai tellement apprécié notre conversation.

Mais ces dernières années, je ne l'ai plus aimée autant qu'avant. Je l'ai vue en direct il y a quelques années et j'ai eu l'impression qu'elle avait perdu son avantage, se fiant trop au mot F pour faire passer ses blagues. Je suppose que lorsque vous avez son âge - comme il se doit - vous vous en foutez de ce que les gens pensent ou disent.

Eh bien, Joan, vous m'avez encore conquis avec votre dernier livre, "Je déteste tout le monde. Commençant par moi" (Penguin Group). En 10 pages, elle m'a fait pleurer d'avoir ri si fort. Je pense que c'était sa définition d'un tween : "qui est juste un adolescent qui n'a pas encore fait de fellation." En fait, avant même que le livre ne commence, la page de dédicace permet aux lecteurs de savoir qu'ils sont dans une diatribe très anti-PC car elle la dédie à deux tueurs, dont O.J. Simpson, parce que "peut-être que l'ex-femme pleine d'entrain l'avait fait venir".

Trop tôt? C'EST UNE BLAGUE, LES GENS ! Et si vous n'aimez pas celui-là, vous n'apprécierez probablement pas non plus ceux sur le 11 septembre, l'Holocauste ou l'avortement.

C'est ce que j'ai toujours aimé chez Joan : le courage de dire des choses inappropriées et drôles qui feront haleter les gens à la fois d'horreur et de rire si fort. Je crois que la phrase "Oh non, elle di-ent" a été prononcée pour la première fois lors d'un spectacle de Joan Rivers. J'ai dit d'elle il y a de nombreuses années après notre entretien qu'il n'y avait pas de vaches sacrées dans le pâturage de Joan. Et cette affirmation reste aussi vraie aujourd'hui. Elle s'en prend à n'importe qui - bébés laids, enfants stupides, personnes âgées qui font claquer les lèvres, passagers de compagnies aériennes grossiers, épouses gays et mariés lesbiens, et surtout d'autres célébrités - les embrocher et les servir avec une délicieuse punchline.

En fait, l'un des meilleurs chapitres est celui sur la nourriture et les restaurants. Voici un morceau juteux : « Je déteste quand le serveur vient à table et demande : « Voulez-vous voir un menu ? » Quelle est la bonne réponse à cette question : " Non. Laisse-moi deviner ce que tu as dans le réfrigérateur. " Ou 'Non. Je ne suis pas digne. Je vais juste manger les miettes sur les genoux de la vieille dame à la table sept.'"

Elle écrit avec le même débit rapide qu'elle utilise sur scène, de sorte que lorsque vous lisez le livre, c'est sa voix que vous entendez dans votre tête disant des choses comme : "Je déteste les mariages 'secs' où ils ne servent pas Si je veux sécher, je vais passer du temps dans le désert de Mojave ou prendre des photos de mon vagin" ou "J'ai subi plus de reconstruction que Bagdad." Comme le titre l'indique, Joan continue de faire ce qu'elle a toujours fait de mieux : se moquer d'elle-même.

Pour être franc (pouvons-nous parler?) Toutes les blagues ne fonctionnent pas et certaines références de la comédienne sont si datées qu'elles montrent son âge. Je ne suis pas sûr que les répliques sur Sylvia Plath, Mickey Rooney ou bébé Jessica tombant dans un puits en 1987 fonctionnent aussi bien aujourd'hui. Mais elle se rattrape avec de nombreux zingers actuels sur Jerry Sandusky qui sont sur place. Mais Joan connaît son public mieux que moi et en fin de compte, c'est un témoignage de sa propre longévité dans le show business qu'elle peut référencer tout le monde de Clara Bow et Senor Wences à Kim Kardashian et Beyonce dans ses blagues, ou étendre une comparaison entre Shirley Temple et victime de l'enlèvement Jaycee Dugard.

Et ce ne serait pas un livre de Joan Rivers sans au moins quelques grosses blagues de Liz Taylor. Quand ils viennent de Joan, ceux-là sont toujours drôles, même si Ol' Violet Eyes est mort.
Et Bea Arthur étant un homme. Encore une fois, toujours drôle. Même si l'Ol' Dickless Baryton est mort aussi.

Non pas qu'elle soit déjà partie, mais dans mon livre, Joan est de retour avec une vengeance et un nouveau livre très drôle. Le monde serait un endroit plus heureux s'il y avait plus de semeurs de haine comme elle. . Suite


15 citations hilarantes qui résument exactement ce que vous pensez du nettoyage

Disons simplement que vous préférez faire n'importe quoi autre.

Si vous êtes comme nous, vous avez une relation amour-haine avec le nettoyage et l'organisation. Bien sûr, c'est agréable d'avoir une maison propre et bien rangée, mais cela demande beaucoup de temps et d'efforts. Eh bien, il s'avère que de nombreuses personnes ressentent la même chose. Voici nos citations préférées sur le nettoyage qui vous feront certainement dire « pareil ».

Le ménage, c'est comme être pris dans une porte à tambour.

Rien n'inspire plus la propreté qu'un invité inattendu.

Notre maison est assez propre pour être en bonne santé et assez sale pour être heureuse.

Tout le monde veut sauver la terre, personne ne veut aider maman à faire la vaisselle.

Nous rêvons d'avoir une maison propre, mais qui rêve de faire le ménage ?


Les meilleures citations de Dolly Parton

Un joyeux anniversaire est de mise pour Dolly Parton, qui célèbre aujourd'hui sept décennies de gloire dans le monde avec ses tubes country et ses bottes de cowboy incrustées de strass. En dehors de cela, elle a sorti de fantastiques pépites de sagesse (et aussi des citations carrément hilarantes).

En l'honneur de la Reine du Pays, voici nos coups de coeur.

1. Sur le leadership. « Si vos actions créent un héritage qui inspire les autres à rêver davantage, à apprendre davantage, à faire davantage et à devenir davantage, alors vous êtes un excellent leader. »

2. Sur l'individualité. « C'est difficile d'être un diamant dans un monde de strass. »

3. Sur la mode. « Cela coûte beaucoup d'argent d'avoir l'air aussi bon marché. »

Dolly Parton en 1955 (10 ans)

4. Sur les régimes amaigrissants. « J'ai essayé tous les régimes du livre. J'en ai essayé qui n'étaient pas dans le livre. J'ai essayé de manger le livre. C'était meilleur que la plupart des régimes.

5. Sur sa chirurgie esthétique. « Si je vois quelque chose qui s'affaisse, s'emballe ou traîne », je vais le faire pincer, le replier ou le sucer ! »

6. Sur le bonheur. « Si vous voyez quelqu'un sans sourire, donnez-lui le vôtre. »

Dolly Parton en 1965 (19 ans)

7. Sur l'écriture de chansons. « L'écriture de chansons est ma façon de canaliser mes sentiments et mes pensées. Pas seulement les miennes, mais les choses que je vois, les gens qui m'intéressent. Ma tête exploserait si je ne sortais pas certains de ces trucs.

8. Sur ses faiblesses. « Mes faiblesses ont toujours été la nourriture et les hommes – dans cet ordre.

9. Sur le féminisme. "J'ai été la première femme à brûler mon soutien-gorge - il a fallu quatre jours aux pompiers pour l'éteindre."

Dolly Parton en 1970 (24 ans)

10. Sur le renseignement. «Je ne suis pas offensé par toutes les blagues stupides sur les blondes parce que je sais que je ne suis pas stupide. et je sais aussi que je ne suis pas blonde.

11. Sur la musique country. « Si vous parlez mal de la musique country, c'est comme dire du mal de ma mère. Ce sont des mots de combat.

12. Sur la vie. « Si vous n'aimez pas la route sur laquelle vous marchez, commencez à en paver une autre. »

Dolly Parton en 1978 (32 ans)

13. Sur la bravoure. « Vous ne ferez jamais grand-chose à moins d'être assez courageux pour essayer. »

14. Sur le fait d'être « vieux ». "Je suis assez vieux et assez grincheux maintenant pour que si quelqu'un essayait de me dire quoi faire, je lui dirais où le mettre."

15. À 60 ans. "Je n'ai pas soixante ans, je suis "sexty".

Dolly Parton en 1980 (34 ans)

16. Sur la politique. «Je ne me suis jamais, jamais impliqué dans la politique. Avec la politique, vous n'avez pas le droit d'être honnête. Je n'ai pas le temps de m'en occuper. Je préfère travailler avec des enfants.

17. Sur sa devise préférée. "Rêvez plus, apprenez plus, soyez plus attentif et soyez plus."

18. Sur la vie à la maison. « Je ressemble à une poupée de fête mais je suis très attachée à la maison ». Je suis casanier et je suis axé sur la famille. Je ne sors pas beaucoup sauf si c'est une occasion spéciale. Donc, je suppose que les gens pourraient être surpris de voir à quel point je suis vraiment calme.

Dolly Partin en 1985 (39 ans)

19. Sur les encouragements. « J'ai eu la chance d'avoir des membres de ma famille qui m'ont encouragé à poursuivre mes rêves. Que ce soit vos parents, ou vos oncles ou vos tantes ou même le voisin en bas de la rue, il est important que les enfants aient quelqu'un qui les encourage à chasser leur arc-en-ciel.

20. Se sentir jeune. "Je me sens béni d'avoir toujours la petite Dolly dans mon cœur, je suis toujours la même fille qui veut retirer chaque petite goutte de la vie que je peux."

21. Sur les rêves. « Certains de mes rêves sont si grands qu'ils vous feraient peur.

Dolly Parton en 1990 (44 ans)

22. Sur le vieillissement. « Je suis comme un dessin animé ! Je ressemblerai à ça quand j'aurai quatre-vingts ans. Je peux le voir maintenant, les gens vont me rouler dans un fauteuil roulant et j'aurai toujours mes gros cheveux, mes ongles, mes talons hauts et mes seins décoiffés !'

23. Sur l'argent. « Ne soyez pas si obsédé par le fait de gagner votre vie que vous en oubliez de gagner votre vie. »

24. En regardant bien. « La beauté naturelle n'existe pas. »


Melissa Rivers prononce un discours touchant sur sa mère Joan Rivers (VIDEO)

Parlant de sa mère Joan Rivers pour la première fois en public depuis son décès, Melissa Rivers a prononcé un discours très sincère, bien que toujours humoristique, en l'honneur du défunt comédien estimé.

Parlant à Le journaliste hollywoodienAu petit-déjeuner de 2014 Women in Entertainment, Melissa a gardé l'esprit de Joan vivant en parlant avec humour de sa mère et des tribulations de sa vie. Mais, bien qu'elle ait choisi de garder l'ambiance légère, le vide que Joan a laissé pour elle et le reste du monde était également tout à fait évident.

À un moment donné, Melissa a souligné qu'elle avait récemment réalisé à quel point sa mère était intrépide lorsqu'Amy Schumer a prononcé un discours sur la femme amusante emblématique il y a quelques semaines, l'appelant « brave ». sa vie [maintenant], je pense que cela pourrait en fait être le meilleur mot qui s'applique à elle.”

Connue pour son implacable vérité sur les choix de mode d'autres célébrités, Joan a vraiment dû être courageuse dans un endroit comme Hollywood, où l'on peut être ostracisé une minute après avoir fait "le mauvais commentaire". Mais, Melissa aussi a révélé que Joan a toujours voulu faire partie de Tinseltown, même en tant que petite fille.

“At 8, she went into her parents’ living room and took a picture off of the piano and sent it to MGM,” Melissa said in her speech. “In her mind, this little girl was clearly a star so she sent the photo, frame and all.” And while the movie giant never responded, and she riled her “formidable” grandmother for sending off a $50 frame, Joan did eventually reach her goal of becoming famous.

Despite the hardships and obstacles that come with a show business career, Joan fiercely conquered them and was successfully able to shine. “My mother was fearless, and I don’t mean she didn’t have any fears. I mean that although she was only 5𔃼″, she stood tall and walked through them. That is what made her such a brilliant performer.”

Melissa finished her speech by adding that Joan would have loved to be at Wednesday’s event and would probably be the one “discreetly shoving croissants and silverware into her purse.” But, she said that her dearly missed mother would also “not only be grateful and proud, she’d be beyond herself.”


30+ Quotes to Help With Moving On

Moving on can be tricky. Whether you're mourning the end of a romantic relationship, a sudden career change, or the death of a loved one, these are complicated feelings to work through. Even though with a little time and a little distance, we can learn to deal with the pain, it's still normal to miss someone or something that used to be a constant in your life.

But you have to move on! We're here to tell you to step away from the phone, and put away the photos. It's time to put renewed focus on living in the present. You're going to have to focus on healing now: exercise, focus on your job, and maybe even develop a daily mantra celebrating self love. Focus on wise words about loving yourself, as well as these quotes about starting with new beginnings after a particularly rough patch.


Community Reviews

Joan Rivers&apos achievements in fashion far outweighed her career as a comedian. Before her, the red carpet question was &aposWhat are you wearing&apos if it was even asked and the outfit just described. Stars dressed themselves at the time or the studio did. Then Joan asked, &aposWHO are you wearing?&apos and that started a new career of stylists.

Stars had always worn fashion house dresses and often paid for them. After Joan, they sent so many to the stars, banking on the massive publicity for their brands from Joan Rivers' achievements in fashion far outweighed her career as a comedian. Before her, the red carpet question was 'What are you wearing' if it was even asked and the outfit just described. Stars dressed themselves at the time or the studio did. Then Joan asked, 'WHO are you wearing?' and that started a new career of stylists.

Stars had always worn fashion house dresses and often paid for them. After Joan, they sent so many to the stars, banking on the massive publicity for their brands from the red carpet coverage, someone was needed to sort through them and accessorise them and then return them after use.

This industry started by Joan is vast, multi-billion. The stylists are not only paid well (and paid off by the fashion houses as well), the publicists have something to write about, the studios love the publicity and the tabloids can forget about proper journalism and just print PR releases. Major fashion distributors adapt the clothes for ordinary people meaning that a season later a lot of sheep will be baa-ing around the place in really awful clothes like the high-low hem and side-boob and the kind of shoes that are terribly uncomfortable and terribly expensive but have rouge soles! This makes the sheep feel on-trend, edgy, smug and that they are really cool people who have it going on. Vraiment.

This is all living the American dream. This is uber-capitalism. Joan invented a new industry based on that simple phrase, "who are you wearing?" and one with built-in obsolescence needing continual expenditure to keep up. What a genius! No wonder she lived in an $18M apartment, she deserved it. Is it any wonder she won Celebrity Apprentice?

Joan as a comedian? Again a genius. I'm not talking about her stand-up comedy here, I never saw her do a show and her humour although it has some of the edginess of Lenny Bruce, her inspiration, is too American for me to really identify with. I'm talking about Fashion Police. Having built-up this industry of what stars wear, she then developed a show to knock them all down to size again. Such genius!

The person who says they don't have a bit of schadenfreude about them is telling big porkies. It was fun seeing her segments, "starlet or tramp" with the pics with the heads out of shot. It was fun seeing someone who was ultra-styled and looked ridiculous rubbished by the 'judges'. It was fun seeing the stars who had gone too far with the botox and fillers and mammary additions that in shape and size resembled half-canteloupes being exposed as figures of fun rather than exemplers of cool beauty.

Without Joan, Kim Kardashian and her fat arse would have been a flash-in-the-pan sleaze bag story. Her phenomenally boring family would have remained the major shoppers they are. Kelly Osbourne would be an unattractive and untalented daughter of a rock star still desperately trying to monetize her connections. Joan's daughter Melissa would have done what? She only ever hung off her mother's coat-tails anyway. These and many other talentless people benefited from the exposure (and jobs) Joan gave them.

So for Joan, for the author of the book 5*. For the book itself, the audio, to hear Joan, 5*, for content, well let's not go there, this review is dedicated to the late great businesswoman, Joan Rivers. Patron saint of old ladies who will not grow old, and people who do not take themselves too seriously at all. Love her.

Rewritten 27th March 2021 . Suite

When people tell you to go easy on the hate--and your instinct is to keep the HATE on high--but you know it&aposs pissing people off--well, thanks to Joan I feel like I, a self-proclaimed HATERRR. well, belong! Finally, the long-awaited BIBLE for HATERS. Reading this, one of the funniest books of all time, is like reading the transcript of one of Miss River&aposs brilliant stand up shows--minus, of course, the "it&aposs just. " after every punch line. This lady is FUCKING intelligent, y&aposall. Her experien When people tell you to go easy on the hate--and your instinct is to keep the HATE on high--but you know it's pissing people off--well, thanks to Joan I feel like I, a self-proclaimed HATERRR. well, belong! Finally, the long-awaited BIBLE for HATERS. Reading this, one of the funniest books of all time, is like reading the transcript of one of Miss River's brilliant stand up shows--minus, of course, the "it's just. " after every punch line. This lady is FUCKING intelligent, y'all. Her experience in the glamorous show biz life just fuels her hatred--this is the kind of stuff I naturally gravitate towards unconditionally! I compare it to falling down a rabbit hole & getting tickled until your nose bleeds! Every sentence or two contains a joke, & it is this type of pitch that keeps the giggles going constantly until the inevitable inward chortle is produced.

Read this my friends, & live a very happy-hater life!

Review to follow at some point:

I love love love love her!

What can I say.
An over-inflated ego, combined with a sense of self importance and a dire need for survival, are the coloring pencils of this book.

What can I say.
An over-inflated ego, combined with a sense of self importance and a dire need for survival, are the coloring pencils of this book.

She was right about one thing, the most important motto anyone could ever consider, and that is to laugh when it is not expected. It is the only way to get out of heartbreak, tragedy and bad hair days. It was her key to immense fortunes and fortitude. It was her mantra for survival. If you don't have an opinionated in-your-face friend like her, find one. They make a huge difference in our battle for survival.

So, if you need a u-turn in attitude and destiny, try a dollop of Joan. It will change your life forever.
. Suite

Bought this book in hardcover when it first came out. Love this book so much. that I keep my copy in my vehicle. In the event I forgot to bring a book or I have a long wait somewhere for whatever reason, my daughter or I will pick up this book and read aloud to each other and laugh &apostil we have tears in our eyes. We don&apost even use a bookmark!! Just pick it up and open it to any random page and begin. I do, however suggest you read the book through once, before using our unor FABULOUSLY FUNNY.

Bought this book in hardcover when it first came out. Love this book so much. that I keep my copy in my vehicle. In the event I forgot to bring a book or I have a long wait somewhere for whatever reason, my daughter or I will pick up this book and read aloud to each other and laugh 'til we have tears in our eyes. We don't even use a bookmark!! Just pick it up and open it to any random page and begin. I do, however suggest you read the book through once, before using our unorthodox method.

PLEASE - Only read the reviews of this book that have 5 star ratings and that truly give it the justice it deserves. I have no idea why I forgot to include this outrageously funny favorite before now.

Oh Joan, my queen of comedy. I miss you!! ♥ . Suite

Note to those that hated this book because they were offended, or it was too mean.

Either you don&apost know Joan Rivers or you didn&apost read the title of the book. If you were expecting a memoir, you must not have read the beginning of the book either where Joan explicitly states this is not a memoir, it is a comedy book and reads like a long stand-up routine. Ignore that Goodreads tag of autobiography-memoir, it&aposs NOT!

Much like any other comedian, Joan has a persona and part of that comedic persona Note to those that hated this book because they were offended, or it was too mean.

Either you don't know Joan Rivers or you didn't read the title of the book. If you were expecting a memoir, you must not have read the beginning of the book either where Joan explicitly states this is not a memoir, it is a comedy book and reads like a long stand-up routine. Ignore that Goodreads tag of autobiography-memoir, it's NOT!

Much like any other comedian, Joan has a persona and part of that comedic persona is vulgarity. Nothing is off limits and it is often about the shocking one-liner, if this is not your brand of humor do not read this book. C'est aussi simple que ça.

If you are more interested in the 'real' Joan Rivers I suggest watching her documentary, A Piece of Work, it's amazing.

People who are saying that this book is hateful and bitter must be thick because that is the whole point, it's in the fricken title. Juste parce que TON offended that doesn't mean the joke isn't funny or that this book is bad.

.

Okay, that brings me to the end of my rant.

This book is enjoyable if you like Joan's brand of humor which is all about the one-liner. I'll admit it does get to be a little long if you read this book from start to finish, there's a reason comedy specials never exceed 90 mins. Plus, I'm a fan, somewhere between follower and avid, and as a result have heard a number of these jokes or ones that are similar. Additionally, I think that some of the magic of Joan's delivery is visual or somewhat conversational in tone and you don't get the full effect by just reading or listening, there's just something extra her presence adds.

I also wish there had been more celebrity brutality, I just love when Joan rips into Madonna or Gwyneth Paltrow, it felt toned down in this book.

Still this book was very Joan, crude, and brash, and fun. She covers just about every group from mothers to Scientologists and every race, religion, and age group.

Some of the passages about death and what her funeral should be like took on an unintended degree of gravitas and when she said she hoped to beat Jack Benny and Phyllis Diller by working into her 100's I might have teared up. I'm sad she's gone and wish she had gotten a little more respect.

Joan, you will be missed, this Joan Ranger salutes you!

I fucking love this woman. She&aposs at the top of her game in her 70&aposs and come back more successfully from more personal and career bad shit than I can comprehend. And I mean truly at the top of her game she knows her craft and herself and the business so well that she is untouchable in her particular form of comedy genius. Un-fucking-touchable, y&aposall. You try it.

Most basically, this book is a collection of one-liners about culture and celebrities and the business which move light and fast and hi I fucking love this woman. She's at the top of her game in her 70's and come back more successfully from more personal and career bad shit than I can comprehend. And I mean truly at the top of her game she knows her craft and herself and the business so well that she is untouchable in her particular form of comedy genius. Un-fucking-touchable, y'all. You try it.

Most basically, this book is a collection of one-liners about culture and celebrities and the business which move light and fast and hit hard and move on it's a joy. I particularly like the spirit of taking on what I think of as a comic challenge - in this case, taking all fifty states and making up new names for them (Missouri, the Show Me state, becomes, the "I Showed You Mine Too and Now I'm in Jail" State.) I made that example up because I didn't want to take up the time to actually read the real one. Sorry, Joan. You did encourage us with a least a couple of "make up your own Snooki joke here", so I'm just running with it.

So in short read this and laugh and get a blast of fresh air. I finished it two days ago and read it again just today.

Let me start by saying I have never hated Joan Rivers. In fact, at one time, I loved, loved, loved her. Early in my career, back in her can-we-talk days, I interviewed her for a feature story and I still keep that yellow-edged article in my portfolio because I enjoyed our conversation so much.

But in recent years, I haven&apost loved her as much as I used to. I saw her live a few years ago and felt like she lost her edge, relying too much on the F-word to get her jokes across. I guess when you get t Let me start by saying I have never hated Joan Rivers. In fact, at one time, I loved, loved, loved her. Early in my career, back in her can-we-talk days, I interviewed her for a feature story and I still keep that yellow-edged article in my portfolio because I enjoyed our conversation so much.

But in recent years, I haven't loved her as much as I used to. I saw her live a few years ago and felt like she lost her edge, relying too much on the F-word to get her jokes across. I guess when you get to be her age -- as it should be -- you don't give a fuck what people think or say.

Well, Joan, you've won me over again with your latest book, "I Hate Everyone. Starting with Me" (Penguin Group). Within 10 pages, she had me in tears from laughing so hard. I think it was her definition of a tween: "which is just a teen who hasn't given a blow job yet." Actually, even before the book begins, the dedication page lets readers know they're in for a very un-PC diatribe because she dedicates it to two killers, including O.J. Simpson, because "maybe the lippy ex-wife had it coming."

Too soon? IT'S A JOKE, PEOPLE! And if you don't like that one, you probably won't enjoy ones about 9/11, the Holocaust or abortion, either.

That is the thing I've always loved about Joan: the courage to say inappropriate, funny things that will make people gasp both from horror and from laughing so hard. I believe the phrase "Oh no she di-ent" was first uttered at a Joan Rivers show. I said of her those many years ago after our interview that there were no sacred cows in Joan's pasture. And that statement remains as true today. She'll take potshots at anyone -- ugly babies, dumb children, lip-smacking old people, rude airline passengers, gay wives and lesbian grooms, and especially other celebrities -- skewer them and serve them up with a delicious punchline.

Actually, one of the best chapters is one about food and restaurants. Here's a juicy morsel: "I hate it when the waiter comes to the table and asks, 'Would you like to see a menu?' What's the correct response to that question: 'No. Let me guess what you have in the refrigerator.' Or 'No. I'm not worthy. I'll just eat the crumbs off of the lap of the old lady at table seven.'"

She writes with the same rapid-fire delivery that she uses on stage so that when you're reading the book, it's her voice that you hear in your head saying things like, "I hate 'dry' weddings where they don't serve alcohol. If I want dry, I'll spend time in the Mojave Desert or take pictures of my vagina" or "I've undergone more reconstruction than Baghdad." As the title indicates, Joan continues to do what she has always done best: make fun of herself.

To be frank (can we talk?) not all of the jokes work and some of the comedienne's references are so dated they show her age. I'm not sure one-liners about Sylvia Plath, Mickey Rooney or baby Jessica falling in a well in 1987 work that well today. But she makes up for it with plenty of current zingers about Jerry Sandusky that are spot on. But Joan knows her audience better than I do and in the end, it's a testament to her own longevity in show business that she can reference everyone from Clara Bow and Senor Wences to Kim Kardashian and Beyonce in her jokes, or stretch a comparison between Shirley Temple and kidnapping victim Jaycee Dugard.

And it wouldn't be a Joan Rivers book without at least a few Liz Taylor fat jokes. When they come from Joan, those are always funny, even if Ol' Violet Eyes is dead.
And Bea Arthur being a man. Again, always funny. Even if the Ol' Dickless Baritone is dead, too.

Not that she's ever gone away, but in my book Joan is back with a vengeance and a very funny new book. The world would be a happier place if there were more hatemongers like her. . Suite


Voir la vidéo: Joan Rivers Last Words. 8K Resolution Ai upscale (Mai 2022).


Commentaires:

  1. R'phael

    Sûrement. Je rejoins tout ce qui précède. Nous pouvons parler de ce sujet.

  2. Davin

    À mon avis, ils ont tort. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  3. Eadelmarr

    Le beau message



Écrire un message